Navigation

AccueilRessourcesRevues

Revue SOURCES : Revue interdisciplinaire sur les matériaux et leurs usages dans les études africaines

Editorial de la revue

« Sources est née du constat d’une tendance des revues universitaires à valoriser les avancées théoriques et épistémologiques au détriment des matériaux analysés. La revue souhaite opérer un double mouvement. En premier lieu, placer au cœur de chaque article publié les matériaux à partir desquels les chercheur.e.s produisent leurs réflexions et y donner directement accès. En second lieu, proposer des analyses sur les contextes de production de ces matériaux et sur leurs usages. Ce retour aux sources du terrain s’opère en lien avec les thématiques saillantes dans les études africaines et afro-diasporiques en sciences humaines et sociales, et favorise le dialogue interdisciplinaire. Cette revue ambitionne ainsi de redonner toute sa visibilité au principe de l’itération dans l’élaboration intellectuelle, c’est-à-dire le va-et-vient entre problématique et terrain, entre interprétation et données.
Sources se donne donc une mission particulièrement originale et actuellement inexistante dans le champ académique sur l’Afrique : rendre accessibles les textes, images, sons, entretiens, notes de terrain et tout type de documents, au sens large, qui deviennent des données placées au fondement des élaborations théoriques des chercheur.e.s, et constituent ainsi des archives de la recherche de terrain. Cet objectif part aussi d’un constat et d’un enjeu politique de première importance pour la connaissance de l’Afrique. Les difficultés d’accès aux sources, notamment textuelles, cartographiques et démographiques, sont manifestes et bien connues, sans compter les enjeux de conservation. Le besoin de rendre davantage visibles, accessibles et disponibles à très long terme ces sources pour le continent paraît également impératif dans l’objectif de réduire les asymétries dans l’accès au savoir.
Les matériaux traités peuvent être de nature très diverse. Pour citer quelques exemples, il peut s’agir d’archives privées collectées sur le terrain ou consultées dans des institutions – qu’elles soient anciennes ou récentes ; des productions écrites locales (cahiers, journaux intimes, autobiographies, tracts et pamphlets politiques, livres d’or de musée, etc.) ; d’extraits d’entretiens, de conversations, de récits de vie ; des notes de terrain mises en forme, notamment issues d’observations participantes ; des cartes, des schémas, des croquis produits par le/la chercheur.e sur son terrain ou par ses interlocuteurs (telles des cartes participatives) ; des photographies ou des vidéos ; des extraits de littérature « grise » (rapports, évaluations) ou de la presse ; des données tirées de médias sociaux, etc.
Ces sources, foisonnantes, reflètent la variété des modes d’investigation empirique au sein des sciences humaines et sociales, bien que ces disciplines partagent des procédures interprétatives, des problématiques théoriques, des points de vue heuristiques, des paradigmes et modalités de construction de leur objet similaires. Elles reflètent aussi la multiplicité des objets d’étude et des terrains menés aujourd’hui, sans compter une inventivité accrue des chercheur.e.s dans l’exploration empirique, qui collectent des matériaux et produisent des données auparavant délaissés, et suivent des démarches souvent pluridisciplinaires.
Les matériaux seront reproduits dans la revue, accompagnés de textes fournissant des informations sur le contexte et les modalités de leur collecte/production sur le terrain, sur leurs productrices et producteurs, sur les enjeux locaux qu’ils peuvent soulever, sur leur intérêt pour l’enquête menée et les raisons de leur sélection, sur leur importance pour la recherche en général et ses avancées théoriques ou épistémologiques. En plus de ces réflexions méthodologiques, les articles fourniront, dans le cadre de dossiers thématiques, des analyses nouvelles fondées sur des matériaux inédits et leur croisement au travers de regards pluridisciplinaires. Il ne s’agit donc pas ici de refaire ce qui existe déjà dans d’excellentes revues.

Sources valorisera la publication de formats de texte différents. Pour les articles centrés sur le travail de terrain, l’auteur.e pourra développer un travail réflexif approfondi sur son rapport au terrain et l’usage qu’il/elle fait des matériaux recueillis. Il/elle pourra aussi écrire un article court de réflexion méthodologique ou épistémologique (l’éthique à suivre dans des situations difficiles, par exemple des terrains de violence ou des situations qui mettent en jeu le privé et l’intime), publier de plus longues notes de terrain, un morceau d’archive ou un document officiel accompagné d’un nécessaire décryptage. Les chercheur.e.s pourront renvoyer à leur article paru dans Sources dans des articles ultérieurs publiés dans des revues universitaires laissant moins de place à la présentation détaillée des matériaux constitutifs de leurs recherches.
La revue permettra plus généralement de répondre aux missions scientifiques suivantes :
- Promouvoir la diffusion des savoirs en accès ouvert pour le plus grand nombre, en vue de contribuer à l’universalisation de la recherche.
- Favoriser l’interdisciplinarité à partir du croisement de sources utilisées par des disciplines différentes et réunies autour d’une thématique commune dans des dossiers thématiques.
- Encourager, par la valorisation de réseaux scientifiques en Afrique, la publication des universitaires africain.e.s et de celles et ceux travaillant à partir de l’Afrique.
- Archiver des sources, matériaux et archives originaux issus de supports divers. La constitution de telles ressources est pensée sur le long terme, afin que les corpus créés et mis en accès libre aujourd’hui puissent non seulement être consultables par l’ensemble des chercheur.e.s, mais puissent devenir des matériaux de la recherche dans les décennies à venir ; cela implique de stocker les articles sur une plateforme durable qui garantisse un accès à très long terme.… (Lire l’Editorial)


Page créée le mercredi 9 octobre 2019, par Dominique Taurisson-Mouret.


Tout l’agenda

Dernières brèves